Actualités

Danses Khmères du Cambodge : La voix dansante du Nirvana

dkLa tradition Theravâda, ou Petit Véhicule, nous restitue la doctrine originelle du Bouddha, non dans sa dimension métaphysique mais en tant que personnage historique
La danse classique cambodgienne, fut à ses origines, hommage aux dieux, aux héros et aux rois dont elle faisait revivre les grandes épopées.
Les apsaras immortalisées par les sculpteurs khmers du passé sont demeurées avec leurs gestes, les costumes, le rythme, le langage des mains, le charme aussi.
La danseuse khmère est une actrice, une mime. Elle exprime les sentiments et représente les actions que chante le chœur.
Chaque phrase des chanteuses sollicite un geste ou détermine une attitude de la danseuse, toujours muette.
Ces attitudes, ces gestes sont rituels et uniques et se sont transmis de génération en génération sans qu’il en existe une didactique, un modèle écrit et précis.
Les gestes ne sont pas seulement réglés par l’évolution et la succession des idées qu’ils expriment, ils le sont encore entre eux par un synchronisme absolu.
Si la main droite à un moment donné se trouve la paume en avant, à la hauteur de la ceinture, la main gauche aussitôt devra se trouver à une place déterminée par une tradition toute puissante et formelle qui se perd dans le passé.

 

The tradition of Theravâda or Small Vehicle, brings us the original doctrines of Buddha, not in terms of his metaphysical dimension, but as a historical figure.

Classical Cambodian dance was originally created in homage to the Gods, heros, and Kings whose epic sagas were portrayed through the dance.

The Apsaras, immortalised by the Khmer sculptors of the past, have remained present in the movements, costumes, rhythm, hand gestures of the dances, and in their magical charm.

The Khmer dancer is also an actress and mime artist. She expresses emotions, and embodies the actions described in stories sung by the choir.

Every phrase sung by the singers calls for a movement or a change in attitude on the part of the dancer, who remains silent.

These attitudes and gestures, both ritual and personal, are transmitted from generation to generation, although there has never been a formal codification, or precise written record.

The dancers gestures are not only organised by the evolution and succession of the ideas they express, they are also synchronised in relation to an intricate movement code.

If at any moment the right hand is placed with the palm facing forward at waist height, this means that the left hand should be in another fixed position, their relative position being fixed by a powerful formal tradition whose origins have been lost in the passage of time.

 

Réalisé par Régis GHEZELBASH

Un documentaire de 52’

Version Française

Version Anglaise

Haute Définition

HD Cam et Apple ProRes 422

VF https://vimeo.com/221590514

VA : https://vime.com/221590102